Manger son placenta est la tendance grandissante aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. De l’actrice January Jones (Betty Drapper dans la série Mad Men), à la célèbre Kim Kardashian, de nombreuses célébrités vantent les mérites de la placentophagie, cette pratique peu ragoutante aurait, d’après ses adeptes des effets bénéfiques importants. Qu’en est-il réellement ? Est-il possible de le faire en France ?

Que dit la loi française ?
D’un point de vue légal, une femme n’est pas propriétaire de son placenta, et d’après la circulaire “DGS/PP4/2012/328 du 31 août 2012 relative aux conditions d’utilisation du placenta, du cordon ombilical et des cellules qui les constituent”, il est interdit aux établissements de santé de donner le placenta ou le cordon ombilical à la maman après l’accouchement, ni à des sociétés privées spécialisées dans la fabrication de produits dérivés du placenta ou du cordon ombilical. Ils sont considérés comme déchets opératoires et doivent être incinérés sauf s’ils sont récupérés à des fins thérapeutiques avec l’accord de la mère.

Les établissements, médecins et sage-femmes qui autoriseraient une personne (parents ou société) à récupérer le placenta sont donc dans l’illégalité. Par conséquent, seules 2 options s’offrent aux femmes qui veulent conserver le placenta après l’accouchement : accoucher à la maison sans praticien, une pratique très dangereuse, ou aller donner naissance à leur enfant dans un pays étranger : Suisse, Allemagne …

Comment manger son placenta ?
Le plus souvent, le placenta, préalablement déshydraté, est ingéré sous forme de capsules, mais les puristes de la placentophagie disent qu’il faut le manger cru juste après l’accouchement. Certaines choisissent de le transformer en smoothie, taco, mixé dans un cocktail… Si cette pratique vous intéresse, il existe un livre de recettes écrit par l’irlandaise Katleen Mindlet (titre : my placenta recipes) avec des recettes de cuisine assez élaborées, où le placenta tiendra le rôle de la viande. Pret pour un diner presque parfait ?

Pourquoi le manger le placenta ? Quelle est sa composition ?
Actuellement, aucune étude médicale sérieuse ne vient étayer les bienfaits de la placentophagie. on sait simplement que le placenta est composé de fer, de vitamine B12 et de plusieurs hormones. S’il est utilisé en médecine chinoise depuis des siècles pour d’autres raisons, les vertus recherchées par les jeunes mamans placentophages sont le renforcement du lien mère-enfant, la reprise de forces après l’accouchement, la perte de poids rapide, la bonne rétractation de l’utérus, une meilleure lactation, la lutte contre le baby blues, la dépression post-partum…  (et la lutte contre le réchauffement climatique tant qu’on y est)

Une pratique inutile ou dangereuse
Si la plupart des médecins pensent que cette pratique est inutile et que ses bienfaits relèvent de l’effet placebo, d’autres affirment sans détours que manger son placenta pourrait être dangereux. Outre la chaine du froid qui ne devrait pas être brisée pour ne pas voir les bactéries proliférer, la nature même du placenta est d’offrir une protection contre les virus et autres toxines, ce qui le rend impropre à la consommation. En effet, le docteur Crytal Clark, de la Northwestern University Feinberg School of Medicine à Chicago, révèle dans une étude scientifique  que le placenta contiendrait des métaux lourds, tels que du mercure et du plomb, qui seraient présents dans l’organisme de la mère et retenus dans le placenta pendant la grossesse pour ne pas être transmis au foetus. D’après elle, un seul un effet bénéfique pourrait être vrai : la diminution de la douleur post natale, sous réserve que le placenta soit mangé cru et immédiatement après l’accouchement, tous les autres bienfaits s’apparentent à une légende urbaine. Les études en faveur de la placentophagie ont été menées sur des animaux et non sur l’humain.

 

La placentophagie relève davantage de la psychologie que de la nutrition, il faut rappeler que le placenta est un organe humain et qu’il est parfois appelé jumeau du foetus. Et vous, ça vous tente ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top