Les préparatifs:

Pour voyager bébé aura besoin des mêmes documents de voyages que ses parents:

  • Pour voyager en Europe, bébé aura besoin d’une carte nationale d’identité
  • Pour sortir de l’union européenne, bébé devra posséder un passeport individuel (depuis 2006, il n’est plus possible d’inscrire l’enfant sur le passeport de l’un des ses parents)
  • Si vous avez besoin d’un visa à votre arrivée à l’étranger, vous devrez aussi en prendre un pour votre enfant (exception faite pour les enfants binationaux, qui peuvent voyager avec 2 passeports, il convient dans ce cas de vérifier les règles en vigueur pour les pays concernés)
  • L’autorisation de sortie du territoire n’est plus nécessaire depuis 2013 pour l’enfant accompagné ou non, cependant lorsque l’enfant voyage avec un seul parent, certains pays comme l’Algérie, le Maroc ou la Suisse notamment demandent l’autorisation écrite du 2eme parent.

 

A voir avec la compagnie aérienne:
Les enfants de moins de 2 ans peuvent au choix, demander un siège individuel comme n’importe quel autre passager, ou bien voyager sur les genoux des parents, ce choix ne s’applique qu’aux petits de moins de 24 mois, au delà du 2eme anniversaire, bébé devra prendre un siège individuel au prix enfant. Pour information: le tarif bébé équivaut à peu près à 10% d’un billet adulte tandis que le tarif enfant se règle en moyenne à 80% d’un billet adulte. Pour le décollage, l’atterissage et les éventuelles turbulences, bébé devra être attaché sur les genoux par une ceinture fournie par la compagnie aérienne qui s’insère dans la ceinture du parent. Selon son age, sa taille et son poids, votre enfant pourra peut etre profiter d’un lit sur les vols long courrier, il convient de contacter la compagnie aérienne pour s’assurer des disponibilités des lits, le réserver quand cela est possible. De même, sur les vols long courrier, un repas bébé ou enfant peut être commandé à l’avance. Certaines compagnies donnent aussi quelques objets pour occuper les enfants en bas age: livre, crayons de couleur, petit jeu de voyage…

Les berceaux sont réservés  aux bébés de 10kg et 70-75 cm maximum, mais la taille et le poids tolérés varient sensiblement selon les compagnies, dans la pratique, elles sont plus permissives et tant que le poids limite n’est pas dépassé (pour des raisons de sécurité) un berceau vous sera proposé même si les jambes de bébé doivent être repliées ou si elles dépassent. Parmi les inconvénients, on notera que le nombre de lits est limité donc il faut arriver et enregistrer de bonne heure pour s’assurer d’avoir une place permettant d’obtenir un lit, de plus, il faudra sortir bébé du berceau pendant les turbulences, causant le risque de le réveiller. Mais parmi les avantages de l’usage du berceau, on peut noter que le parent  pourra manger son plateau repas tranquillement.

Dans le cas où l’enfant n’aurait pas le droit à un berceau et / ou quand il voyage avec un seul parent, privilégiez une place couloir

 

Les quelques avantages de voyager avec un bébé:
Vous pourrez embarquer avant les autres passagers, et passer les controles de sécurité en priorité, certains aéroports ont parfois des files d’attente réservées aux familles. Pour les vols internationaux, avoir un bébé avec soi permet d’être placé dans la première rangée derrière la cloison à laquelle les berceaux sont accrochés, ce qui vous laisse (un peu) plus de place pour  étendre vos jambes et vous déplacer.

 

Prendre soin de bébé:
La climatisation dans les avions est très souvent réglée trop forte, des vêtements chauds et une couverture sont alors indispensables pour éviter un bon rhume. L’air est non seulement froid, mais aussi très sec, par conséquent, on se déshydrate très vite, a fortiori, les tout petits qui devront boire souvent. Boire, en particulier au décollage et à l’atterrissage où les oreilles de bébé seront sont soumis à rude épreuve, déglutir permet de se prémunir contre le mal d’oreille, donc boisson, nourriture, tétine, sucette… seront indispensables.  Le décalage horaire n’est généralement pas un probleme pour les bébés qui s’habituent assez vite au “jetlag”, dans le cas où l’enfant est réglé comme du papier à musique et pour les enfants un peu plus agés, il peut falloir 48h pour que l’enfant retrouve un rythme normal.

 

Occuper bébé pendant le vol
Dans la mesure du possible, pour les vols long courrier il est préférable de choisir un vol de nuit pour respecter les horaires de bébé et lui permettre de dormir autant que possible dans l’avion. Maintenant bébé ne dormira pas pendant toute la durée du vol, il faut donc prévoir ses jouets préférés, et /ou des nouveaux jeux (silencieux) que vous sortirez au fur et à mesure du voyage, Prenez aussi le nécessaire pour la pratique de ses activités préférées (dessins, mini puzzle…) ou de nouvelles: stickers…. Pour les plus petits, prendre la tétine, le doudou, une peluche ou une couverture avec son odeur aura un effet rassurant. Pour les grands bébés, des applications sur smartphones ou tablettes avec batterie chargée au maximum, ou un lecteur DVD portable avec des dessins animés. Parmi les jouets ou activités à éviter: les jouets musicaux ou bruyant, les feutres. Souvent les familles avec enfants sont embarquées en priorité, si l’intention est louable, cela augmente le temps passé à bord de l’avion. Enfin, si faire les 100 pas dans les allées de l’appareil peut fatiguer le jeune enfant, attention à ne pas gener vos voisins et gare à la chute. A l’embarquement, bébé, curieux de tout, voudra découvrir son environnement: écran télé, tablette (attention aux doigts coincés)… ca peut l’occuper un petit bout de temps

Profitez  des éventuelles escales pour que bébé se dépense, de nombreux terminaux internationaux disposent d’une aire de jeu pour les enfants.

 

Les dilemmes:
– choisir un vol de jour et de nuit: la réponse peut sembler évidente, tant choisir un vol de nuit lorsque c’est possible parait évident mais si bébé ne supporte pas l’avion et qu’il pleure tout le long du trajet, vos voisins de sièges seront surement plus compréhensifs si cela n’implique pas de passer une nuit blanche.

– donner un relaxant à son bébé, est ce une bonne idée ? d’une manière générale, nous sommes contre le fait de donner un médicament pour calmer ou endormir bébé, le seul cas où nous y serions favorable est celui où l’avion provoquerait une véritable angoisse chez l’enfant, hors la phobie de l’avion n’est pas présente chez les tout petits, donc même si un sirop anxiolitique style antarax peut être prescrit sur ordonnance et peut provoquer des somnolences, nous y sommes défavorables. Il existe aussi de l’homéopathie, granules ou sirop type “Quiétude” des laboratoires Boiron ou Pédiakid qui ne contient que des plantes, les plus grands peuvent aussi prendre de la tisane de camomille.

 

Les repas de bébé dans l’avion:
Vous pouvez emporter presque tout ce que dont vous avez besoin pour nourrir votre enfant dans l’avion, eau, lait, compotes, les restrictions de quantité imposés aux autres passagers, ne s’appliquent pas aux bébés, mais dans la pratique, les aliments et boissons qui passent au controle de sécurité sont à l’appréciation des personnels de l’aéroport et si en France, on pourra vous demander de gouter aliments et boissons ou les passer dans un appareil spécial pour juger de leur dangerosité, certains pays sont très stricts, même avec les aliments pour bébés. Expérience personnelle: en Allemagne, on m’a fait jeter une petite bouteille d’eau destinée à mon fils de 14 mois alors que nous sommes passés avec, sans soucis, dans une dizaine d’aéroports principalement d’Asie et du Golfe, à Paris (Roissy), on m’a demandé d’en boire une gorgée pour confirmer que c’était bien de l’eau, puis une fois suivante, la sécurité a fait passer un biberon rempli de lait dans une machine pour s’assurer que le liquide n’était pas dangereux.
Certaines compagnies fournissent un repas pour les bébés qui peut être commandé au moins 24h avant le départ, sinon, le personnel de cabine pourra faire réchauffer biberons et petits pots, les salons de certains aéroports offrent aussi cette possibilité. Vous pouvez aussi emporter un petit en-cas mais en évitant les produits trop sucrés dont l’effet excitant est bien connu.

 

Notes annexes:
Vous pouvez aussi, si vous avez la place, prendre un rechange pour vous-même, utile en cas de plateau repas renversé, de renvoi ou de couche qui fuit. La possibilité de garder la poussette jusqu’au dernier moment (l’embarquement) est très variable selon les compagnies. Voyager seul(e) avec 2 enfants en bas-âge relève du parcours du combattant. Emportez une quantité de couches, lingettes, boissons et nourriture supérieure à vos besoins, en cas de retard aérien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top