Catégorie Conception, Grossesse

Qu’est-ce que l’endométriose ?
Il s’agit d’une pathologie assez fréquente (+ de 10 %) chez les femmes en âge de procréer et si ses causes restent encore mal connues, elle a des conséquences au mieux assez désagréables (règles douloureuses) voire très néfastes et importantes lorsqu’on parle de fécondité ou de grossesse. Dans le cas de l’endométriose, de petits morceaux de la paroi de l’utérus se détachent et vont se fixer sur les organes alentours (Vagin, ovaires, vessie, rectum… ) et au moment des règles, ces petits morceaux saignent provoquant des inflammations et parfois des kystes.

Les effets de l’endométriose :
Les inflammations de la membrane des organes de l’abdomen sont à l’origine de règles douloureuses. Mais les conséquences sont plus importantes en matière de fertilité et de risques lors de la grossesse. En effet, 1/3 des femmes touchées par l’endométriose ont de réels problèmes pour tomber enceintes et 1/3 des femmes ayant un problème de stérilité en souffrent. Est-il possible de tomber enceinte naturellement lorsqu’on fait de l’endométriose ? Cela dépend surtout de l’importance de la pathologie, si les ovaires présentent des kystes importants en nombre et/ou en taille, tomber enceinte sera difficile, mais c’est loin d’être impossible, le point déterminant est bien sûr l’ampleur de la pathologie.

Et pendant la grossesse :
Une fois enceinte, il est inutile de paniquer sur les risques spécifiques liés à l’endométriose dès le diagnostique établi, puisque la plupart des femmes touchées mèneront une grossesse à tout à fait normale, cela devait être dit avant d’aborder les risques liés à la grossesse lorsqu’on est atteinte d’endométriose. Une étude menée sur 750 femmes enceinte par le Dr Pietro Santulli démontrait que les risques de fausse-couche augmenteraient de 10 % lors du 1er trimestre de grossesse (le risque de fausse couche est de 12.3% chez les femmes “saines” et monte à 19,6% pour les femmes atteintes d’endométriose) ce lien était déjà fait par de nombreux docteurs, mais la publication de cette étude a définitivement prouvé la corrélation entre les fausses couches et cette pathologie.
Les risques de naissance prématurée augmentent assez fortement, une étude australienne menée notamment par le Pr. Healdy de l’université de Melbourne arrivait à une conclusion sans équivoque : l’endométriose augmente de 50 % le risque de naissance prématurée.

À défaut de guérir l’endométriose, il est possible de traiter ses effets : entre l’aide à la procréation pour la fertilité et la prise de médicaments pour en atténuer les effets. L’ablation de l’utérus n’est que le dernier recours, dans les cas les plus extrêmes , si les autres techniques ont échoué et si la femme ne veut pas/plus d’enfant.

Les chiffres à retenir sur l’endométriose :
– 10-15 % des femmes en âge de procréer en sont atteintes
– 30% des femmes touchées ont des difficultés à tomber enceinte
– augmente de 50% de risque de naissance prématurée
– augmente de 10% de risque de fausses-couches

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top